Manza - Rappeur

MANZA

Un conteur urbain qui fait battre les mots dans la sensibilité rythmique du coeur. Rappeur, slameur, auteur & animateur d'atelier d'écriture. Il s'appelle Abdeslam El Manzah mais plus connu, sur les scènes du hip hop Belge, sous le nom de MANZA.

 

"L’ humain façonne mon besoin de partages et de créativités"

Rachid

Questionnaire Intime Conviction :

 

Ton moment préféré dans la journée ?

Regarder la photo de ma fille que j’ai sur le mur en face de mon lit, quand j’ouvre les yeux, c’est un réveil floral :-) .

Le moment le plus marquant dans ta vie ?

La mort de nos proches sont des moments marquants uniques…

même si on les retrouvera un jour ou l’autre.

 

Le moment que tu ne voudrais plus revivre ?

Ne plus jamais revivre et sentir que dans nos villes, nos petits frères deviennent des bombes qui donnent et se donnent la mort, ça, je prie Dieu pour ne plus revivre ça mais je ne suis pas un candide, je sais que le monde enfante tant de désespoirs et folies et son système socio-économique qui à la base est un piège à cons, ne présage rien de bon.

 

Le moment que tu détestes ?

Ce moment où ma mère ou ma fille tombent malade, je me sens tout aussi dépérir, un peur de les perdre sans doute et de me sentir tout aussi perdu. Puisse dieu les garder en vie, le plus longtemps. Amin

 

De quoi ne pourra tu jamais te séparer ?

De ma fille, elle est ce qui fait que je ne plie plus aujourd’hui, par elle, je renais toujours de mes sens…

Ta musique/son préféré ?

« La chanson des vieux amants.. »

Brel reste mon chanteur préféré, je ne suis pas original, je sais :-) mais il reste le plus génial dans la chanson française à textes, son parcours est un exemple de vie de passionné et de rêveur…

 

Ta musique/son que tu détestes le plus ?

Les rap de festoiements formatés pour Chicha-Bar, sans citer personne, c’est des sons de bonnes ambiances dans nos installes mais à écouter chez soi, c’est vraiment nous pousser à s’abrutir et je trouve qu’on nous prend déjà assez pour des cons dans la vraie vie :-)

Une personnalité que tu aurais voulu rencontrer ?

L’abbé Pierre pour son coeur, son humilité et son oeuvre humaine faite d’innocence et de beauté d’âme.

Quel animal aimerais tu être ?

Un oiseau, survoler le monde et ses beautés naturelles

 

Ton plat préféré ?

Les bons plats chinois Hallal :-) même si je suis Rif :-)

Ta citation préférée ?

« Arretez le monde, je veux descendre… » de Guy Bedos.

Tu aimerais rajouter quelque chose ?

Merci à Intime Conviction et comme dirait Kerry James: « que le combat continue… » et ne nous faisons pas d’idées, faisons nos propres idées.

 

Merci Manza

IC : Salam, peux tu me dire qui est Manza ?

 

Je suis un artiste rap à la base de Bruxelles, activiste dans le milieu Hip-hop depuis 89 et j’ai commencé à fréquenter les scènes SLAM organisées par Lezarts-urbains depuis début 2000. A travers mon parcours, j’ai mis un accent particulier à travailler ma plume et à ficeler mon aisance sur scène, j’aspire dans mes créations que ce soit sur feuille, sur scène ou dans un livre: à faire passer les émotions, toucher nos profondeurs et créer dans la nuances et non m’enfermer dans une case, j’ai pu collaborer avec des artistes comme Jules Beaucarne, Cloe du Trèfle, James Deano, Daniel Hélin, Rafik El Maai, Eric Moral, David Van Reybrouck, Sylvie Godefroid, Maky, Defi J, Geert Van Istendeal… « Je me retrouve dans l’improbable des inclassables » :-)

J’aime beaucoup les rencontres qui ne trompent pas où il y a des mondes qui se croisent pour créer et s’inviter à se comprendre, à se sonder, sans tomber dans des clichés et récupération.

L’ humain façonne mon besoin de partages et de créativités, je fais partie du Collectif des poètes bruxellois, coordonné par Passa-porta, je pense que je suis simplement le fruit d’un parcours hip-hop qui aime s’ouvrir aux univers plein d’espoirs et d’engagements.

Me définir comme un passionné de l’envers des décors, rassemble tout ce que je fais et crée.

 

Tu es rappeur, slameur, animateur, tu as fais parti de nombreux collectifs comme « le collectif de poètes bruxellois », tu es auteur aussi, Comment fais tu et d'où t'es venu ses passions ou envies ?

 

Je pense que je n’ai jamais réfléchi à être dans un univers ou pas, c’est les rencontres et les coups de coeur, rassemblements des idées qui m’ont insufflé le besoin d’écrire et de participer à des projets collectifs, de me structurer pour avancer, je me suis retrouvé dans des choix enrichissants par le biais de personnes qui se sont intéressées à ce que je suis et à ce que je fais, dans un respect et attention profonde très partagés, c’est ça qui a fait que je suis rentré dans des univers divers comme de soi mais comme dirait Brel: « Il n’y’a pas de talent, écrire c’est de la sueur, du travail… »

 

Est ce important pour toi d'initier de tels projets à Bruxelles ?

 

Oui c’est un besoin même, la vie à Bruxelles est une source d’inspiration unique tellement dans il y a des communautés, langues, accents, quartiers…Il y a tant à créer, Bruxelles est un parfum d’inspiration pour moi, ça colle à la peau de mes vers, les urgences font qu’en tant qu’artiste bruxellois, je réagis à ce qui se passe , c’est même une mission de citoyenneté pour moi, poser des rappels là où on sème l’oubli des voix silencieuses, Bruxelles a besoin de ses artistes pour créer des alternatives à l’innommable et contrer le désespoir par des créations et actions concrètes qui ouvrent des voies aux sans voix, parler de Bruxelles en déconstruisant les clichés faciles, d’un mal même atroce en ressortir que plus vivant et humaniste!

 

Tu fais parti des rares, voir le seul à Bruxelles, ancien rappeur qui est actif dans le social et des causes comme celle d’Ali Aarrass. Tu es devenu une voix celle des sans voix. Est ce une nouvelle manière d’être artiste aujourd’hui ? Est ce qu’un artiste à le devoir de se positionner ?

 

Je ne suis pas là pour donner des cotes aux artistes qui s engagent ou revendiquent, ils le font pour leurs raisons, leurs idéaux et contre les injustices, tout doit se faire dans l’innocence, la portée des enjeux va plus loin que de se limiter à : qui est engagé ou qui ne l’est pas? Je trouve ça très réducteur car le père qui éduque son fils avec coeur et esprit est dans un engagement des plus honorables, pour ma part, comme disait Desproges: « Je ne suis pas un artiste engagé mais dégagé… », là où se dégage l’injustice et jeux de stratégies mensongères pour nous asservir , pour ma part, je me sentirai concerné et indigné, comme pour Ali Aarrass dont les dossiers judiciaires montrent que tout l’innocente et depuis des années, la justice belge comme marocaine met des oeillères pour ne pas revenir sur une sentence injuste et injustifiée! je suis pour le nous sommes, je me retrouve dans la souffrance de mes contemporains.

 

Que pense tu des nouvelles voix urbains (hip hop) qui arrivent et quel conseil donnerais tu à un jeune rappeur qui se lance ?

 

Je suis pour la pluralité des styles et univers dans le hip-hop et donc ce que je ne sais pas faire ou ne fais pas, j’admire beaucoup, je soutiens les artistes qui amènent des univers qui ont une âme, une force, une démarche de risque et qui avec une joie d’artiste nous invitent à voyager dans leurs créations et albums, avec peu de moyens mais on devient des « Débrouil’ARTS » comme je dis souvent :-)

Un conseil et même pour moi, je me l’auto-adresse :-) :

 

« Rêve ta vie, ne laisse pas mourir tes rêves… »

 

Manza quelles sont ces projets d'avenir ou rêves d'avenir ?

 

Pas mal de projets avec passa porta: spectacle poétique « Passages » sur la communauté bérbére,

un projet d’album en cours de création

une sortie de livre, recueil de textes et citations: « cité à comparaitre » en collaboration avec Amin Ben Driss (photographe)

un roman en cours d’écriture.

travailler sur un spectacle de mes chansons et en faire un « one-man rap/slam »

qui sort du cadre concert traditionnel, je voudrais que sur scène, ça prenne une forme plus « comédie musicale »

 

 

Tu es bruxellois musulman alors comment le vis tu ?

 

Je dirai juste une seule phrase la dessus:

« Ne laisse personne te rabaisser, il n’y a que le ciel qui peut te regarder de haut, je défendrai le juif, je défendrai le chrétien, je défendrai l’arabe mais je ne défendrai jamais l’injustifiable. »

CONTACT

 

Brussel/Bruxelles

For Belguim

 

 

Devenez journaliste

 

Article

Tu as la plume et tu veux écrire ?

Lance-toi !

 

Reportage

En vidéo ou en photo voici une plateforme pour toi.

LANCE TOI

 

 

Partout en Belgique où tu sois propose nous un sujet qui met en avant les dynamiques positives des musulmans de Belgique.

Copyright @ All Rights Reserved