Safia Taboudrart Slam

Questionnaire Intime Conviction :

 

 

Ton moment préféré dans la journée ?

Le matin parce qu'on est le plus productif et épanoui.

 

Le moment que tu détestes ?

Le matin car c'est dur de se lever.

 

De quoi ne pourra tu jamais te séparer ?

Rien. Car on peut se séparer de tout.

 

Ta musique/son préféré ?

Les chansons à texte

 

Ta musique/son que tu détestes le plus ?

Le bruit musical qui excite la violence.

 

Une personnalité que tu aurais voulu rencontrer ?

Quelqu'un d'inspirant, aux conseils avisés et bienveillants. Je ne sais pas... Daniel Balavoine, peut-être. Paix à l'âme de ce grand homme.

 

Quel animal aimerais tu être ?

Un moineau pour en avoir la cervelle et arrêter de trop réfléchir pour ne plus souffrir. Et en avoir les ailes pour m'envoler loin à l'horizon guidé par les vents. Et n'avoir pour seule responsabilité dans la vie, la nourriture et le chant.

 

Ton plat préféré ?

La lasagne.

 

Ta citation préférée ?

Quand on veut, on peut.

 

Tu aimerais rajouter quelque chose ?

Je suis célibataire, à bon entendeur ! lol.

 

Merci Safia

 

SAFIA B.

Safia c'est fait connaître par sa vidéo Slam ""Bruxelles en sang et en sens" Poignant et percutant, elle nous fait l'honneur de la première interview "Pour Trait".

 

Intime Conviction la rencontre de nouveau pour nous livrer son histoire. Un petit portrait d'une personne qui n'a pas sa plume dans sa poche.

 

Lire la vidéo

IC : Salam, peux tu me dire qui est Safia ?

 

Safia : Safia, c'est une écorchée vive,

Qui avance quoi qu'il arrive

Une grande gamine

A tendance au Spleen

Une grande fillette

En quête de quête

 

Tu as fait un texte slam sur Bruxelles comment t'es venu l'envie ?

 

L'envie du texte est venu après les attentats de Bruxelles et tout le flot d'émotions qui s'en est suivi. Bruxelles est ma ville natale, où je vis et où j'ai vécu un quart de siècle. J'étais à Zaventem la vieille du 22 mars.

Le lendemain matin, à l'étranger, j'apprenais la triste et révoltante nouvelle. Ca m'a vraiment bouleversée. J'étais à l'étranger, impuissante, mais je ressentais cette forte peine intérieure. Je me devais d'extérioriser. Chez moi, ça passe souvent par l'expression écrite.

 

Ma Plume Ma Liberté

La plume est un outil de la liberté d'expression. Mais comme tout outil, on doit s'en servir avec responsabilité. La plume est une arme de combat qui peut faire des dégâts, ou servir à se défendre. La plume comme la langue sert à exprimer des idées qui peuvent être soit destructrices ou soit libératrices. Et ces actes abjectes ne sont que le fruit d'idées abjectes. L'idée précède la parole, et la parole précède l'acte.

 

J'avais du mal à écrire ce texte

Toute la clique à daech and co, est d'abord née d'un mélange d'idéologies dans un contexte historique et politique qui a pénétré les esprits - non pas de manière récente et inattendue - et ce, depuis plusieurs générations. J'ai écrit le texte ''Bruxelles en sang et en sens'' en plusieurs jours. Normalement, j'écris des poèmes en quelques minutes, voire en heures lorsqu'ils sont plus profonds. Mais là, j'avais du mal. Sortir toutes ces émotions négatives de mes entrailles et les transformer en quelque chose de constructif, c'est un exercice assez douloureux. Voilà mon envie d'accoucher de ce texte.

 

Bout de chemin

Mais ce n'était pas suffisant. Je n'étais satisfaite. Je voulais qu'il soit diffusé à un large public, même si je déteste me mettre en avant. Je ne vois pas pourquoi des personnes aux idées abjectes ne se privent pas de s'exprimer, et moi je ne pourrais pas faire de même pour des idées constructives. Alors j'ai demandé les services de Mohamed Ouachen pour la réalisation vidéo afin que ça touche plus de monde :) Et voilà le petit bout de chemin de ce slam ^^

Est ce important pour toi d'être présent en tant que voix aujourd'hui ?

 

C'est important que des voix s'élèvent. C'est très important. Il faut s'exprimer pour dénoncer, réparer, panser les blessures, apaiser, enseigner. Mais pas n'importe comment.

Le paradoxe chez moi, c'est que je n'aime pas être présente, m'exposer. Je n'aime pas me mettre en avant. Mais je le fais quand même en me faisant violence. J'ai ce devoir de m'exprimer. C'est vital. Ca bouillonne en moi lorsque je me retiens, et ça me fait souffrir.

 

J'ai trop souffert de dire ce que je pense

Si je pouvais fournir un travail constructif, diffuser ma voix pour dénoncer les injustices tout en restant dans l'ombre sans exposer ma personne, ce serait le pied ! C'est aussi pour cela que j'ai choisi de réaliser ce slam de manière à ce que seul le fond du texte compte, pas la personne.

Je pense avoir trop souffert de dire ce que je pense, que ce soit de la part de personnes qui ne sont pas musulmanes mais aussi et surtout de la part des musulmans. Quand on dégaine sa langue et sa plume pour combattre et dénoncer, on risque de fâcher, de blesser et d'être blessé.

 

Il faut se protéger

Il faut encore aiguiser ses armes et forger une armure adéquate, adopter une stratégie efficace pour les luttes sociales afin d'aller vers le progrès. La vie est une lutte constante sur tous les plans, qu'ils soient sociaux, politiques, économiques, culturels ou personnels; et qu'on doit composer avec des personnes bienveillantes et malveillantes.

Oui les voix doivent s'élever, c'est important. Mais on ne peut pas nier que nous sommes dans la loi de la jungle, qui est la loi du plus fort. A nous de savoir, comment se servir intelligemment de notre environnement. Parfois, il faut se protéger mais ne jamais perdre de vue la volonté de progrès :)

 

Tu es bruxelloise musulmane alors comment le vis tu ?

 

Bruxelloise et musulmane, je le vis pas très bien. Je le vis mal en toute sincérité. Disons plutôt en tant que Belge musulmane qui porte un foulard. Ou le vwââle ouhouhouh.

C'est vraiment pas évident. Je suis née ici, je veux vivre en toute liberté, de ma conscience, de mes opinions, de ma pratique religieuse mais je suis écorchée vive avec cette frustration face à l'emploi ou à l'enseignement. Je sais très bien que je ne pourrais faire le métier que je veux en foulard.

Devenir professeur ou journaliste ? Oublie ! A moins d'enseigner ou de pratiquer dans la sphère communautaire. Il y a plein de filles frustrées dans mon cas qu'on refuse à l'entrée de l'emploi ou de l'enseignement supérieur. J'ai un master en journalisme de l'ULB. J'ai fait ces études justement car je suis amoureuse de la liberté d'expression qui est un outil pour dénoncer les problèmes sociaux afin de viser le progrès sociétal.

Mais j'en ai pris cher en plein dans la figure de cette violence psychologique que ce soit lors de mes exercices pratiques dans une haute école partenaire à l'ULB qui m'a refusé l'entrée pour un foulard, lors de la recherche de mes stages, ou celle de l'emploi.

C'est con et c'est violent

C'est violent. La société ne s'en rend pas compte de cette violence. Les profs, les employeurs ou responsables politiques trouvent ça normal d'exclure. Des journalistes m'ont dit que c'est ma responsabilité de m'habiller ainsi donc j'ai choisi d'être discriminée, que le foulard renvoie à l'idée de femme soumise, ou encore de provocation. C'est violent. C'est con et c'est violent. Et on est nombreux dans ce cas. Y compris les hommes pour leurs origines qui jouent sur le marché de l'emploi.

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme

Beaucoup le vivent mal, la majorité souffrent en silence, et d'autres face à la violence deviennent eux aussi violent. C'est ce que j'essaie d'expliquer dans le slam. On se tait et se terre, puis on mord, car on a marre de se morfondre, de fondre en larmes, et on dégaine les armes. A ces deux catégories de gens soit soumis, soit violent, il y a une troisième que j'aimerais atteindre.

C'est les gens qui de leur épreuves et énergies négatives, les transforment en énergie positive. Car comme on dit en chimie, et qui se disait déjà avant en philosophie : rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. J'essaie aussi de garder à l'esprit ces deux verset du Coran : "La bonne action et la mauvaise ne sont pas pareilles. Repousse le mal par ce qui est meilleur; et voilà que celui avec qui tu avais une animosité devient tel un ami chaleureux. - Mais ce privilège n'est donné qu'à ceux qui endurent et il n'est donné qu'au possesseur d'une grâce infinie."

 

 

CONTACT

 

Brussel/Bruxelles

For Belguim

 

 

Devenez journaliste

 

Article

Tu as la plume et tu veux écrire ?

Lance-toi !

 

Reportage

En vidéo ou en photo voici une plateforme pour toi.

LANCE TOI

 

 

Partout en Belgique où tu sois propose nous un sujet qui met en avant les dynamiques positives des musulmans de Belgique.

Copyright @ All Rights Reserved